Le mobile

Mcommerce.: 1 Français sur 5 a fait un achat sur mobile en 2015

Cette année les consommateurs français devraient effectuer près d’un quart.(23,6%) de leurs dépenses en ligne sur un appareil mobile. C’est ce qu’annonce l’étude internationale commanditée par RetailMeNot sur les chiffres et les tendances du m-commerce sur 8 marchés clés en Europe (France, Allemagne, Espagne, Italie, Pays-Bas, Pologne, Royaume Uni et Suède) et en Amérique du Nord. le marché du m-commerce a doublé en 2015 passant de 3,7 milliards d’euros à 7 milliards d’euros. D’après ce rapport le marché du m-commerce a doublé en 2015 passant de 3,7 milliards d’euros à 7 milliards d’euros.

En France, le marché du m-commerce a doublé en 2015, passant de de 3,7 à 7 milliards d’euros

Un des facteurs de cette croissance est le taux d’équipement qui continue à croître. Aujourd’hui, 58% des Français possèdent un smartphone, toutefois 4 points en dessous de la moyenne européenne (62%). La Suède est encore le pays avec le taux d’équipement le plus élevé (87%), suivi par le Royaume-Uni (77%) et les Pays-Bas (73%). Aux Etats-Unis, ils sont 68%.

E-commerce et m-commerce, sources d’accélération du retail

La forte croissance des ventes en ligne compense le déclin des ventes en magasin dans l’ensemble des marchés étudiés. À travers l’Europe, on s’attend à une baisse des ventes en boutique de -1,5% en 2016, mais grâce à l’augmentation en parallèle de +16,7% des ventes par Internet, la croissance de l’ensemble des ventes européennes devrait rester positive avec une croissance de +1,8% en moyenne pour la vente de détail. En France, les ventes en magasin devraient reculer de -1,2%, mais la croissance globale reste toutefois positive (+1,3% pour la vente de détail dans l’ensemble).

Fort d’un panier moyen de 53 € et d’une fréquence d’achat de 10,5 actes/an en 2015, le « mobile shopper » français se situe dans la moyenne européenne (54 € et 9,8 actes). En 2016 le nombre de transactions sur mobile par acheteur devrait être en hausse de manière plus significative, passant à 15 achats sur l’année.

Anne-Marie Schwab, Directrice Générale RetailMeNot France commente «2015 a vu l’avènement de l’achat sur mobile en Europe et en France. Si le m-commerce connaît aujourd’hui un tel engouement, c’est aussi grâce au développement de l’ergonomie des supports qu’on peut utiliser dans le parcours d’achat. Les efforts des marchands pour rendre les applis mobiles attractives, la simplicité du mode de paiement, la proximité permanente du smartphone pour l’utilisateur ne font qu’encourager ce phénomène, ce qui explique que 2016 voit encore les chiffres du e-commerce augmenter, portés par ceux du m-commerce. En 2015, un peu plus qu’un tiers cyberacheteurs français ont réalisé un achat sur mobile, alors qu’ils sont déjà plus que 50% dans les marchés plus matures comme la Grande-Bretagne, l’Allemagne ou les Etats-Unis. Il y a donc encore un énorme potentiel dans ce secteur pour les années à venir, et notamment dans le digital to store »

Bien que la moitié des visites sur la plupart des sites de vente au détail se fasse aujourd’hui depuis un appareil mobile, la majorité des transactions électroniques se fait encore via un ordinateur. Le mobile reste surtout utilisé pour se renseigner sur des produits, comparer des prix ou chercher des offres promotionnelles. Avec 91% des ventes encore réalisées en magasin, le mobile est de plus en plus identifié non seulement comme un device transactionnel, mais aussi comme un outil qui peut rediriger les consommateurs vers les points de vente physiques. Le smartphone est devenu un influenceur majeur dans le parcours d’achat, mais dans la plupart des cas ce n’est pas encore le canal où la transaction finale a lieu.

Télécharger le rapport Retail me not ici